Lisa Strauss

Née au sein d’une famille de musiciens, Lisa Strauss est initiée par sa mère au piano, puis par son père au violoncelle, qui deviendra son instrument principal. Après des études au CRR de Paris dans la classe d’Hélène Dautry, elle est admise à l’unanimité à l’âge de seize ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Elle y obtient trois ans plus tard sa licence mention « très bien à l’unanimité avec les félicitations du jury », dans la classe de Michel Strauss. Elle y fréquente les classes de musique de chambre de Maria Belooussova, Michel Michalakakos et François Salque.

C’est au sein de cette institution qu’elle fait la rencontre de Théo Ould, accordéoniste, avec qui elle fonde le Philia Trio.

Lisa Strauss est régulièrement invitée par des festivals en France et à l’étranger, parmi lesquels : le festival d’Auvers-sur-Oise, Les Journées Ravel de Montfort l’Amaury, Musique de Chambre à Giverny, Ottawa Chamberfest, Opus Amadeus, Les Musicales du Bocage, From the Top…

Elle y côtoie des artistes tels que Ivry Gitlis, Julian Rachlin, Boris Garlitsky, Vladimir Bukac, Jean-Jacques Kantorow, Jean-Claude Vanden Eynden… Lisa se produit régulièrement en tant que soliste dans des salles comme l’Auditorium de la Seine Musicale, La Salle Gaveau, ou encore la Philharmonie de Baden-Baden.

En 2017, elle intègre l’Académie Musicale Philippe Jaroussky au sein de la promotion Mozart.
En 2019, elle obtient le prix de la Ville de Baden-Baden dans le cadre de la Carl Flesch Akademie, et remporte avec le Philia Trio le prix d’honneur ainsi que le prix du public du Concours International Léopold Bellan.
C’est au cours de cette année qu’elle part se perfectionner en tant violoncelle solo auprès de Yo-Yo Ma et du Silkroad et Chine, dans le cadre de l’académie YMCG.

Elle étudie pendant un semestre dans la classe de Wolfgang Boettcher à la Universität Der Künste de Berlin, dans le cadre du programme ERASMUS.

Boursière au sein de la fondation Villa Musica, elle explore le grand répertoire de la musique de chambre aux côtés d’éminents artistes.

En juin 2020, elle devient lauréate de la Fondation Banque Populaire, et entre en octobre de cette même année dans la classe d’Excellence de Gautier Capuçon.

Avec l’accordéoniste Théo Ould, elle est sélectionnée pour participer à la tournée « Un été en France » aux côtés de Gautier Capuçon.

Soutenue par la festival d’Auvers-sur-Oise, elle enregistre avec la Philia Trio son premier album « Madness », qui paraîtra en avril 2022.

François Pineau-Benois

Né en 1994, François Pineau-Benois commence ses études de violon à l’âge de quatre ans, est admis au Conservatoire National Supérieur de Paris (CNSMDP) 10 ans après, y obtient son Master en interprétation du violon en 2014 à l’âge de 19 ans. Il poursuit par un Master en musique de chambre obtenu en 2017, tout en continuant à se perfectionner à l’Ecole Normale de Musique de Paris auprès de Régis Pasquier et à l’Académie de Kronberg auprès de Mauricio Fuks.

Prix Pro Musicis à l’unanimité (2019), 1er Prix du Concours International Alexandre Glazounov (2017), lauréat de la Fondation Banque Populaire (2017), Prix de Ciboure de l’Académie Ravel (2015), Prix « Young Artist Award » du concours international Léopold Mozart (2013), Prix « Musiciens entre deux guerres » de l’Académie Ravel (2013), Prix du concours Vatelot-Rampal (2006).

Suivi par un public croissant en France et en Russie, il est invité à jouer par de nombreux partenaires en duo, trio, sextuor et en soliste avec l’orchestre du Festival de Jerusalem (15 concerts), l’orchestre de l’Opéra de Massy (3 concerts), l’orchestre Taurida du festival des Palais de Saint-Petersbourg (4 concerts), l’Orchestre d’Irkoutsk, de Penza, d’Arkhangelsk, l’Orchestre National de Chambre de Biélorussie (dir. Evgeny Bushkov) ou l’Orchestre Symphonique National d’Equateur (mars 2020).

François Pineau-Benois joue le violon historique de Lucien Durosoir « Le Genève » emporté sur le Front de guerre 1914-18, grâcieusement prêté par l’association Musiciens entre Guerre et Paix.

Théo Ould

Après sa formation initiale au conservatoire de Marseille, Théo Ould intègre le Conservatoire National Supérieur de Paris à 16 ans où, au cœur de cette effervescence musicale, il s’épanouit et explore de nouveaux horizons. Il peut alors bénéficier des conseils avisés de Max Bonnay, Olivier Charlier, Mascha Beloosova, Michel Strauss ou encore d’Ivry Gitlis. Il fait ainsi la rencontre de nombreux musiciens avec lesquels il partage la scène et participe notamment à la création de quatre ensembles de musique de chambre parmis lesquels ;

Le Quatuor Aeolina, constitué de quatre accordéonistes ayant tous un parcours singulier. Inédit dans la formation, cet ensemble remporte l’édition 2018 du concours Léopold Bellan ainsi que le concours Ysaye en 2019. Sollicité pour son éclectisme dans ses propositions de programmes, le groupe réalise des transcriptions audacieuses et interprète des créations contemporaines. Soutenue par l’agence ProQuartet, le quatuor se produit dans des salles et festivals prestigieux tels que le festival Berlioz, le festival de musique de Menton, la Scala de Paris, le Vent sur l’Arbre, etc. Il reçoit au cours de sa tournée d’été des critiques dithyrambiques dans les journaux Le Monde, Nice matin, La Croix etc. Ils enregistreront leur arrangement de la Symphonie Fantastique en avril prochain à la Ferme de Villefavard.

Le Philia Trio, fondé avec deux de ses plus proches amis. Tout de suite remarqué pour l’originalité de leur formation et de leurs choix musicaux, Théo Ould et ses compagnons jouent dans de nombreux festivals en France et à l’étranger. Le Philia Trio enregistrera son premier album fin 2019 avec le label du festival d’Auvers-sur-Oise.

Théo Ould, chambriste passionné, est artiste résident du festival Opus Amadeus d’Istanbul.

Il est également fréquemment invité à se produire en récital ou avec orchestre. Il remporte en 2018 le premier prix du concours international Léopold Bellan dans la catégorie solo ainsi que l’édition 2019 du concours international des jeunes talents en Normandie. Il obtient la même année son prix au Conservatoire Supérieur avec les félicitations du jury.

Théo Ould devient en novembre 2019 lauréat de la Fondation Banque Populaire.

Impliqué dans l’évolution du répertoire de son instrument, il collabore de très près avec des compositeurs contemporains tels que Martin Matalon, Régis Campo, Thomas Gubitsh, Jean-Pierre Drouet, Gustavo Beytelman… et participe ainsi à la création de nombreuses pièces pour accordéon.

Salué par l’accordéoniste Marcel Azzola, Théo se produit dans de très nombreux contextes (festival d’Auvers sur Oise, France musique, opéra de Marseille, Istanbul, Budapest, Astana…) nous faisant ainsi découvrir son répertoire composé aussi bien de pièces écrites pour accordéon que de transcriptions d’oeuvres de compositeurs tels que Bach, Haydn ou Mozart.